Je vis dans ma camionnette à Montréal – La Loi

Il n’est pas interdit de dormir dans un véhicule stationné légalement sur la voie publique.  J’ai le droit de dormir dans ma camionnette.

Avant que ceci ne me soit confirmé par une chargée de communication aux relations médias au Service de police de la Ville de Montréal, j’ai fait beaucoup de recherches sur la légalité de mon choix de vie actuel.  Évidemment, j’avais entendu beaucoup de “Ben voyons donc, t’as pas le droit de faire ça!”.

Je rappelle ici une idée qui mériterait d’être un peu plus promue : une chose n’est pas contre la loi parce qu’elle ne pourrait pas faire l’objet d’une joyeuse chronique à TVA.

Mes premières recherches, ne m’ont pas indiqué si dormir dans ma camionnette était légal ou non.  Sur Internet, on peut facilement apprendre comment faire des explosifs plastiques ou organiser des fraudes pyramidales.  Par contre, on peut difficilement faire de recherches pratiques sur la loi.

Évidemment, si un citoyen honnête comme moi a peur qu’une chose soit illégale, il s’abstiendra.  Si les lois sont inaccessibles au commun des mortels, on se retrouve avec une bande de moutons effrayés et dociles.  Ils obéissent à la norme, qui est malheureusement beaucoup plus contraignante que la loi…

Heureusement pour la survie d’un restant du concept de liberté, les services de police ont des services de communications qui répondront à vos questions si vous savez être polis et/ou persistants et/ou visibles dans les médias.  Je tiens à souligner que la police de Montréal a un excellent service de relations médias qui m’a répondu en moins de 24 heures.

Voici donc une copie conforme du petit interview courriel que j’ai si facilement obtenu :

 

Moi: Est-ce permis de dormir dans un véhicule stationné légalement sur la voie publique, à Montréal?

Police: Il n’existe pas de loi l’interdisant. La personne qui dort dans sa voiture qui n’a pas d’adresse fixe est considérée comme étant itinérante. Toutefois, la personne doit en tout temps respecter le code de la sécurité routière ainsi que la règlementation liée au stationnement.

Moi : Quelles lois interdisent ce comportement (dormir dans un véhicule)?

Police : Aucune

Moi : Est-ce que les règles de stationnement sont conçues pour décourager ce comportement?

Police : Voir avec la Ville de Montréal, qui est responsable de l’aménagement urbain

Moi : Les policiers ont-ils un pouvoir discrétionnaire lorsqu’elles abordent une personne vivant dans un véhicule?

Police : Généralement, lorsque les policiers savent qu’un itinérant dort dans une voiture, s’ils le jugent nécessaires, ils peuvent faire appel à des ressources ou partenaires communautaires pour venir en aide à ces personnes.

Il y a des exceptions à la loi.  Par exemple : l’arrondissement du Plateau Mont-Royal interdit le stationnement de véhicules pouvant servir de logement aux abords des parcs.  Voir le texte de loi ci-dessous.  C’est bien, l’existence de cette loi spéciale confirme logiquement qu’ailleurs, c’est permis!  Sinon, pourquoi auraient-il eu besoin de cette loi spéciale quand ils ont décidé qu’ils ne voulaient pas voir de pic-niques de pouilleux dans leurs beaux parcs?

Quelques conseils :

Ne buvez pas dans votre véhicule ou avant d’y entrer avec vos clés (donc, en tant que conducteur).  Ne gardez pas de boissons alcoolisées ouvertes  dans votre maison roulante.  Ça, c’est interdit.

Respectez les règles de stationnement farfelues de Montréal.  Genre : interdit de stationner ici, le jeudi soir, même s’il n’y a jamais de collectes d’ordures ou de nettoyage des rues le jeudi soir.  Malgré les emmerdes et les entraves à votre productivité, cet imbroglio de pancartes n’est après tout pas trop contraignant.  Et, personnellement, je prends plaisir à programmer des alarmes sur mon téléphone intelligent pour m’assurer de rendre le plus inefficace possible cette forme de taxation ridicule.  Stationnons bien et laissons les aubergines bruler du carburant et gaspiller vos impôts.

Payez vos permis et assurances parfaitement.  S’ils vous repèrent comme « itinérant », des policiers médiocres et ennuyés (il y a des gens médiocres et surnuméraires partout dans notre société) feront tout pour vous stigmatiser et vous emmerder.  Ce détail technique pourrait être la faille dans votre armure.

Et surtout, souvenez-vous que, bien qu’il soit légal de dormir dans votre auto, ce n’est malheureusement pas tous les policiers qui sont aussi justes et gentils que le service de relations médias.  Si vous avez la malchance qu’un malheureux douche-bag avec un uniforme et un DEC en tech-po vous prenne en grippe, il appliquera tout son instinct de mâle alpha et de « bully » à trouver comment emmerder le petit con de gamma social que vous êtes.  Peut-être même essaiera-t-il de vous arrêter.  Pour quoique ce soit.  Il trouvera…  Agissez comme devant les « tofs », au secondaire, qui s’amusaient à effrayer les geeks et autres rejets.  Vous défendre verbalement ne fera qu’attiser le plaisir et l’agressivité du bully.  Dites-vous que vous êtes devant le gros épais qui vous volait votre lunch au primaire.  Mais, maintenant, il est 14 ans plus vieux, a une arme à feu, un peu plus de “sophistication” et beaucoup plus de pouvoir.  Soyez gentils, honnêtes, irréprochables, polis, discrets.  Ne cachez pas que vous vivez dans votre véhicule, vous avez le droit de le faire.  Votre patience viendra éventuellement à bout de votre bully, si vous n’avez rien fait de mal.

Malgré cette approche que je préconise, je me suis déjà fait harceler par des policiers du type malheureux que je mentionne ci-haut.  Ils m’avaient vu sortir sans mes souliers de ma très oxydée porte mal-coulissante…  J’ai perdu une demi-heure à attendre le retour de mon permis de conduire.  J’ai vécu l’humiliation de la flash-light, de l’inspection de mon véhicule, de leur langage de gars-de-shop et de leurs ricanements épais et mal dissimulés derrière leur vocabulaire policier appris-par-cœur.

Pendant ce temps, des femmes se faisaient violer, des enfants se faisaient battre et des adolescents se faisaient vendre de la drogue.

Mais c’est bien plus facile et amusant d’harceler le p’tit hobo dans sa camionnette.  Qui veut se fatiguer à combattre le crime?